Métavers : l'avenir d'Internet ?

infoadmin. Le 5 novembre 2021
Métavers : l'avenir d'Internet ?

Le terme metaverse ou métavers en français est issu de la contraction de méta et univers. Il apparait pour la première fois en 1992 dans le Samouraï virtuel (Snow crash dans son titre anglais), un roman de science-fiction de Neal Stephenson. L'histoire se déroule dans un monde postapocalyptique que les personnages peuvent fuir en se connectant à un univers de réalité virtuelle grâce à leur avatar. Avec les avancées technologiques actuelles, ce projet qui semblait irréaliste il y a 30 ans prend forme petit à petit avec l'intention de grandes firmes technologiques comme Facebook de passer à un niveau supérieur d'Internet.

En quoi consiste réellement le métavers ?

Le métavers peut se définir comme un ensemble d'espaces virtuels connectés entre eux dans lesquels les internautes - via leur avatar - « vivent » des expériences immersives en 3D en temps réel. Il s'inspire de jeux massivement multijoueurs comme Second Life. Dans ce jeu vidéo sorti en 2003, les joueurs créent un monde virtuel en 3D et y évoluent à travers l'achat de biens, l'échange de services, etc. Le métavers se basera alors sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée, mais aussi la réalité persistante. Par persistant, l'on entend que même si l'internaute sort du métavers, celui-ci continuera d'évoluer grâce aux tâches qu'accompliront les autres utilisateurs présents.

Meta lancée dans la course au métavers

Mark Zuckerberg est l'un des premiers à se lancer dans la conception d'un métavers. Fin octobre, le fondateur du réseau social Facebook change alors le nom de sa marque en Meta et s'approprie comme logo le symbole de l'infini légèrement déformé pour ressembler à la fois à un M et à un casque de réalité virtuelle, indispensable pour plonger dans le métavers. D'ailleurs, en 2014, la firme américaine s'est appropriée Oculus VR, une société spécialisée dans la réalité virtuelle et ayant récemment sorti l'Oculus Quest 2, un casque de réalité virtuelle qui s'est vendu à plus de 5 millions d'exemplaires. Pour Mark Zukerberg, c'est une évidence, cet accessoire sera prochainement incontournable au même titre que les Smartphones. Ces modèles sont dotés de caméras qui pourront dans un premier temps enregistrer directement des vidéos et plus tard permettre de voir des éléments virtuels dans le champ de vision grâce au système de réalité augmentée embarqué.

À terme, le métavers développé par la firme américaine permettra aux utilisateurs d'évoluer dans un univers persistant où les utilisateurs pourront posséder leur maison, identique à la leur ou créée de toute pièce, assister « ensemble » à un match, chacun depuis son domicile, etc. Meta ambitionne également d'utiliser des applications communes dans le métavers et ainsi permettre aux utilisateurs par exemple de consulter leurs messages du monde réel via un périphérique virtuel. L'entreprise demeure néanmoins réaliste et ne projette le lancement de son métavers que d'ici 10 à 15 ans, le temps que les avancées numériques puissent optimiser la connectivité, possible avec le déploiement de la 5G entre autres.

Métavers, quelles limites ?

L'engouement pour le métavers est mitigé pour l'instant. Il implique une collecte massive des données personnelles des utilisateurs, mais aussi des dépenses énergétiques accrues d'Internet. Cette nouvelle technologie augmentera la sédentarité pour les utilisateurs de tout âge. Bien que les études manquent encore, l'utilisation toujours plus importante des casques VR est un autre risque à considérer, surtout pour les yeux et le cerveau.

  • Partager :
  • Newsletter
    Restez connecté !