« Hushme » : la muselière high-tech pour vos discussions privées en public

infoadmin. Le 18 avril 2017
« Hushme » : la muselière high-tech pour vos discussions privées en public

Gros plan sur le « Hushme », ce casque insonorisé qui permet de masquer la voix pendant les conversations téléphoniques.

« Hushme » : Quésaco ?

Concept élaboré par des ingénieurs ukrainiens, « Hushme » est un masque innovant et révolutionnaire qui devrait rapidement trouver sa place dans les open-spaces. Et pour cause, il s'agit d'une technologie de suppression de voix active qui a pour objectif principal de garder une conversation téléphonique privée particulièrement dans les endroits publics où il est de plus en plus difficile de s'isoler et d'avoir un peu d'intimité. Prenant des airs de muselière, il se présente sous la forme d'un casque Bluetooth, sauf qu'il couvre la bouche au lieu de couvrir les oreilles.


Principe du « Hushme » ?

Dans les faits, la muselière high-tech « Hushme » est un masque insonorisé qui est doté d'un microphone embarqué ainsi que d'écouteurs intra-auriculaires sans fil. Reprenant les principes des « kits mains libres », il se synchronise avec un smartphone. Il est livré à l'achat avec une application dédiée qui permet de ne laisser entendre aucun mot pendant une conversation téléphonique soit en étouffant tout simplement la voix, soit en camouflant la voix avec un bruit de fond qui peut être le son du vent, de la mer, de la pluie... L'application permet aussi par ailleurs de contrôler le volume.

« Hushme » : disponible en vente à partir du mois de mai 2017

Présenté au mois de janvier dernier, le « Hushme » devrait être commercialisé à grande échelle d'ici le mois de mai. Selon les dernières nouvelles, il devrait être vendu dans un premier temps à un prix de 249 $, mais ses créateurs comptent sur une campagne de financement participatif afin de pouvoir le vendre à un prix n'excédant pas les 200 $. Quoi qu'il en soit, bien que le design du casque soit assez insolite, il ne devrait pas avoir de mal à trouver preneurs, notamment auprès des personnes qui travaillent dans des espaces publics ouverts.

  • Partager :
  • Newsletter
    Restez connecté !